Isi Artikel Utama

Marine Gheno
Université de l'Alberta
Canada
Biography
Vol. 3 (2013), Articles
DOI: https://doi.org/10.33776/candb.v3i1-2.3048
How to Cite

Abstract

Nelly Arcan, écrivaine québécoise provocatrice du « je », médiatique et polémique même posthume, exprime dans ses textes une désillusion vis à vis de la société, de la dictature de la beauté (qu’elle critique autant qu’elle incarne) et d’une possible libération des femmes qui suscite de nombreuses interrogations sur le féminisme contemporain et la façon dont il est évoqué dans l’écriture au féminin actuelle. Le métaféminisme proposé par Lori Saint-Martin (1994) se retrouve chez Arcan dans ses écrits au féminin critiques de la société contemporaine, intimes, accessibles au grand public, osés, moins théoriques et moins engagés que les textes au féminin des années 1970-80. Mais quel renouveau féministe peuvent apporter les cris et écrits noirs et lancinants de Nelly Arcan ? Cet article examine l’aspect dystopique de l’écriture d’Arcan—à la fois en tant que démarche critique au féminin et témoignage d’une déception profonde dans ses thèmes et son style d’écriture—et l’impact de cette absence d'espoir pour la pensée féministe contemporaine. La dystopie ou pulsion morbide chez Arcan se poserait-elle en réponse aux idéaux, revendications (et échecs ?) féministes et féminins ? 

Rincian Artikel