Contenido principal del artículo

  • Remy Vlredaz
Remy Vlredaz
Vol. 18 (1983), Artículos
Aceptado: nov 13, 2009

Resumen

On sait que le syllabaire mycénien n'a que des signes de type V, CV et (dans quelques cas seulement) W, CW, CCV, et ne permet donc généralement pas une notation exacte des groupes de consonnes. Une consonne suivie d'une autre consonne est tantôt supprimée graphiquement {«traitement 1»: +wastu wa-tu), tantôt notée («traitement 2»), que ce soit à l'aide d'une voyelle fictive, dite voyelle morte (+agros a-ko-ro) ou d'un signe dit complexe (+rhaptër ra-pte).

Descargas

La descarga de datos todavía no está disponible.

Detalles del artículo